bandeau imageDRDJSCS Grand Est

DRDJSCS Grand Est

Jeunesse, Sport et Cohésion Sociale
Retour à la page d'accueil
>VIE ASSOCIATIVE >Actualités >Portrait de bénévole : Agathe PILLOT, une présidente militante de l’Education Populaire

Portrait de bénévole : Agathe PILLOT, une présidente militante de l’Education Populaire

Article Actualités 15/12/2017

Présidente de la Fédération Départementale des Foyers Ruraux de Meurthe-et Moselle depuis mai 2017, Agathe PILLOT est attachée à ce mouvement d’éducation populaire qui porte des valeurs fortes et participe à l’animation et au développement des territoires

Elle consacre 3 à 4 heures par semaine à la gestion du Foyer Rural de son village, en plus du temps dédié à sa fonction de Présidente de la Fédération Départementale des Foyers Ruraux de Meurthe et Moselle…
Pour Agathe PILLOT, 45 ans, professeur des écoles, l’engagement associatif n’est pas un vain mot.

Au contraire, c’est une implication forte ancrée dans son parcours de vie au point qu’elle a fait le choix de solliciter un temps partiel auprès de l’Education Nationale pour pouvoir articuler au mieux les sphères familiale, professionnelle et associative.

Présidente des Foyers Ruraux de Meurthe-et Moselle depuis mai 2017, la jeune femme, est attachée à ce mouvement d’éducation populaire : il y a d’abord le souvenir de sa mère co-fondatrice du foyer rural de son village d’enfance en 1982, puis en 1997, sa propre implication comme administratrice du Foyer Rural de Frolois et en 2007 au sein du conseil d’administration de la FDFR 54.

Bénévolat vs engagement

Agathe Pillot relie l’expérience maternelle à une enquête récente menée par la FDFR sur l’engagement associatif féminin au sein du mouvement. L’étude mettait en évidence que la volonté de pallier à l’absence d’offre d’activités sur un territoire, notamment pour les enfants, constituait pour ces femmes un déclencheur les amenant à vouloir agir localement, à une période de leur vie où, pourtant, les disponibilités sont généralement restreintes du fait de vies de famille bien remplies.

La question du sens de l’action est donc importante pour cette militante de l’éducation populaire : pourquoi agir pour son territoire ? Quelles sont les motivations qui nous portent ? Et comment agir ?

Agathe PILLOT dissocie assez clairement le bénévolat de l’engagement : l’implication à la carte, le coup de main que l’on est prêt à donner dans l’organisation d’une fête de village n’a pas grand-chose à voir avec le « sacerdoce » des administrateurs, ceux à qui il est demandé de « tenir la barre » dans la durée, qui assument des tâches plus ingrates, moins valorisantes et dont le renouvellement est par conséquent plus dificile à mettre en œuvre…

Le fonctionnement horizontal, « marque de fabrique de la FDFR 54 »

Sa fédération a cette particularité de fonctionner horizontalement, sans structuration hiérarchique, sans directeurs salariés.
Le débat entre bénévoles et animateurs est régulier au point que certains observateurs extérieurs peuvent avoir du mal à faire la différence entre ces deux fonctions …
Alors évidemment, on demande à Agathe PILLOT si ce mode d’organisation n’est pas source de blocages au sein de l’association. Elle assure que non, la collégialité n’exonère par la présidente de son pouvoir de décision, par contre il permet d’évacuer les enjeux de pouvoirs que l’on observe quelquefois dans d’autres structures associatives…Il permet également de préparer le renouvellement des administrateurs ainsi que l’implication plutôt sereine d’anciens présidents qui, même s’ils n’occupent plus cette fonction, continuent à s’investir au sein du Conseil d’Administration.

« Si on doit transmettre, il faut former »

Elle constate cependant un frein à la prise de responsabilités au sein des instances dirigeantes : pour elle ce qui « effraie » le bénévole de base c’est la fonction de représentation surtout dans sa dimension "prise de parole". Face à cette situation, elle revendique l’aspect essentiel de la formation en direction des bénévoles, c’est d’ailleurs un axe fort du projet associatif de la FDFR 54 qui met en place des sessions très ciblés en fonction des besoins repérés.

Pour une meilleure reconnaissance de l’engagement associatif

Concernant l’avenir, la jeune femme est plutôt optimiste pour le bénévolat occasionnel car, pour elle, il repose sur une valorisation de la personne, cela permet même quelquefois de se sentir plus utile que dans le monde du travail.

Elle est plus réservée en ce qui concerne l’engagement plus marqué, le militantisme, soulignant que «  tenir dans la durée, c’est plus complexe  ».
C’est pourquoi, elle milite pour la professionnalisation des associations constatant au quotidien les avantages du binôme « salarié-administrateur » et souhaite ardemment des avancées juridiques qui permettraient de mieux valoriser l’engagement associatif.
A titre d’exemple, elle cite sa propre situation, regrettant que le choix de travailler à 75% pour se consacrer à des fonctions bénévoles impacte à terme le montant de sa retraite.

Pour mieux connaitre la FDFR 54

Pour découvrir un autre portrait de bénévole, celui de Clara CHRIST engagée au sein du mouvement sportif

Pour en savoir plus sur le bénévolat